recherche

Wikipédia et éducation : Quels enjeux, quels apprentissages pour une info-literacy ?

Les utilisateurs du Web deviennent  auteurs et acteurs du Web. Avec son évolution permanente des  connaissances, Wikipédia renouvelle le modèle de l’édition avec un nouveau genre encyclopédique n’offrant pas de représentations stabilisées des modes de production et de validation dans la chaîne éditoriale. Les références entre savoirs savants et savoir profanes s’interpénètrent. Wikipédia a pour elle, la puissance du nombre avec des rédacteurs bénévoles, une possibilité de diffusion instantanée à l’échelle de la planète et la gratuité.

Le principe est simple : des anonymes, compétents ou non, rédigent en ligne un ou des articles sur les sujets de leur choix, les textes pouvant par suite être modifiés, corrigés, et même vandalisés, par les autres usagers. Grâce au logiciel Wiki, tous les internautes peuvent intervenir sur les pages et les strates de la production d’informations sont concernées, plaçant l’usager au cœur de la création de contenus sur internet. Wikipédia est non seulement gratuite, elle est surtout  participative ou collaborative. Le dispositif repose sur une sorte de « régulation naturelle » pour corriger les erreurs de ses contributeurs, voire rectifier certains actes éventuels de vandalisme toujours possibles.

Les modalités d’accès aux savoirs sont renouvelées avec une chaîne éditoriale ouvrant un accès à l’écriture et à l’édition collaborative. Des résistances sont nombreuses et il est important de pouvoir dégager les freins et les blocages dans le processus éditorial visé dans le domaine de l’Education. La qualité est souvent remise en cause. Le savoir construit sur Wikipédia peut-il émaner de tous, du citoyen lambda qui, avec ses passions personnelles d’entomologie peut apporter sa pierre sur les insectes, aux savants experts, en passant par ceux qui n’ont pas étudié d’une façon académique avec des diplômes ? Est-ce que la vérité simplement est une affaire d’audimat ? Peut-on faire confiance aux non experts ?

L’encyclopédie Wikipédia est devenue une référence incontournable pour les élèves et les enseignants. Si Wikipédia est une opportunité pour les adeptes du « copie-coller », elle est souvent sujette aux critiques liées à son fonctionnement. Que doit faire l’école pour mettre en place une info-literacy face au phénomène « Wikipédia » ? De nombreuses activités peuvent faciliter la mise en place du B2I, du C2I et du PCIE (passeport de Compétences Informatique Européen) et développer une info-literacy.

L’école face au phénomène Wikipédia

Compte tenu des différentes études menées sur Wikipedia, il y a lieu de s’interroger sur l’hostilité que Wikipédia continue de susciter en France, particulièrement dans les milieux pédagogiques.

 » Wikipédia ne peut avoir une présence reconnue dans l’enseignement en France, ses principes mêmes (neutralité) n’étant pas compatibles avec les valeurs de l’école laïque et républicaine française, valeurs qui conduisent à privilégier certains points de vue et à en interdire d’autres ». (E. Bruillard, 2007, p39-45). Cette citation d’un paragraphe écrit par Eric Bruillard  a été reprise  par Christian Vandendorpe pour illustrer « l’hostilité que Wikipédia continue de susciter en France, particulièrement dans les milieux pédagogiques »).… La suite du texte n’est pas reproduite, alors qu’elle apporte  un autre éclairage : «Cela n’empêche pas qu’elle puisse avoir une place. On peut tout d’abord la considérer comme un projet et voir les modalités de participation  » active  » à ce projet ou privilégier l’aspect encyclopédie dans une posture de consommateur ».  (E. Bruillard, 2007, p39-45).

De nombreux échanges sur l’observatoire de Wikipedia posent les différents problèmes posés par Wikipédia au sein de l’éducation   Les avis sont nombreux et partagés comme le témoignent les interventions lors des ateliers organisés lors du colloque Wikipédia 2007 .

Cet enseignant utilisateur de Wikipedia donne son point de vue. « J’aime Wikipédia. Je pense que c’est un bon outil pour trouver de l’information factuelle sur une foule de sujet. Je crois que c’est la quintescence du modèle encyclopédique et qu’en soi, Wikipédia est un rouage majeur de la révolution de l’information. Mais il est vrai que ça dérange. Certains professeurs à la traîne refusent de reconnaître la valeur du web en tant que source d’information crédible et impose leurs vues aux élèves qui apprennent toujours à penser comme dans le temps des cardex de bibliothèques. »

Alors que quelques uns plébiscitent l’idée, certains s’y opposent, au motif bien connu que ses contenus ne sont pas fiables. Certains professeurs ont été amenés à interdire l’utilisation de Wikipédia. Le 26 février 2007, dans un quotidien cambodgien, le Cambodia Daily a inscrit à la une, l’interdiction de Wikipédia dans une université américaine. Un professeur lassé de voir les mêmes erreurs en provenance de Wikipédia introduites dans les copies d’élèves, leur interdisait de citer Wikipédia, y compris dans leurs bibliographies . Le professeur Neil Waters, professeur d’histoire affirme que Wikipédia peut servir à débuter une recherche sur Internet. Il est important d’analyser de plus près les diverses résistances au sein de l’Education.

Les résistances 
Régulièrement, des critiques à l’égard de Wikipédia (près de 500 000 articles en français, plus de 7 millions dans plus de 192 langues) émergent. « Meilleure expression de ce qu’Internet peut avoir de généreux (gratuité, bénévolat, collaboration, échange), le site est pourtant accusé d’approximations, de méthodes souvent « staliniennes » et surtout d’ouvrir grand les bras aux manipulations ».    Wikipédia est banni dans certains  établissements scolaires.  Une enquête étrangère a été publiée sur la légitimité de ce genre d’encyclopédie pour les étudiants: “Is Wikipedia a solid resource, merely a good starting point, or something students should avoid?”. Faut-il utiliser l’encyclopédie Wikipédia ou faut-il l’interdire ? Quelles sont les remises en questions, risques supposés ou réels ?

L’encyclopédie Wikipédia est une encyclopédie qui « bouge » à tout moment et pour les élèves, il pourrait être  « dangereux » de tomber sur une page  qui a fait acte de vandalisme.  L’école doit garantir des textes « sûrs » à ses élèves. La « sécurité » est primordiale à l’école.

Une charte-type élaborée dans le but d’inspirer et d’aider les établissements scolaires et les écoles à préciser à leur tour de manière contractuelle les conditions d’utilisation par les élèves et les personnels de l’Éducation nationale des services liés aux technologies de l’information et de la communication, est obligatoire. Que se passe-t-il pour un établissement scolaire, si un article nouvellement « vandalisé » tombe entre les mains des élèves ? Quelles sont les « normes de sécurité » à garantir ? Pour garantir la sécurité, la mise en place d’une encyclopédie « figée » et « stabilisée » a été une solution adoptée dans certains pays comme l’Angleterre ou l’Allemagne qui ont impulsé la diffusion d’une encyclopédie « papier » avec des articles sélectionnés. Bertelsmann a annoncé en Avril 2008,  la commercialisation en septembre, pour la première fois au monde, d’une version imprimée sur papier en allemand de l’encyclopédie par internet Wikipedia. Ce livre rassemblera 50.000 fiches issues de la version germanophone de Wikipedia qui en compte 700.000. Il sera vendu 19,95 euros, dont un euro sera reversé à l’association à but non lucratif qui gère la Wikipedia germanophone. « L’édition papier, condensée en un volume, touchera un nouveau public, qui apprendra ainsi à connaître le projet Wikipedia et à y collaborer », a affirmé dans un communiqué Beate Varhnhorn, directrice de publication chez « Bertelsmann Lexikon ».

La qualité remise en cause ? 
La qualité des ressources proposées à l’usage des enseignants est une question cruciale pour leur diffusion et leur partage. Les enseignants doivent avoir les moyens de choisir les ressources qui leur sont nécessaires, d’identifier celles qui sont pertinentes. Tout le monde peut écrire quelque chose et n’importe quoi sur l’encyclopédie. Quelle va être la qualité de la ressource souvent mise en ligne par un « non expert » ?

Les enseignants préfèrent appliquer le principe de précaution qui veut qu’on ne donne pas aux élèves un document pouvant contenir des erreurs, et un des reproches souvent faits à Wikipédia est son manque de certification. Si n’importe qui peut y écrire, la qualité pourrait être remise en cause. Faut-il stabiliser Wikipédia en mettant en place une certification, mettre en place une encyclopédie « sûre »,  comme cela a été fait en Angleterre?

En évoluant très vite sur Internet, les critiques adressées à Wikipédia deviennent vite obsolètes. Wikipédia a le souci de mettre en place un système de labels de qualité sur ses contenus.  La « récompense virtuelle » attribuée à un article de qualité consiste à l’attribution d’un Logo sous la forme d’une pièce de puzzle en forme de globe planétaire. D’après Sébastien Blondeel, « il faut compter environ un article de qualité pour mille articles. »  (Blondeel,,2006, p37). D’après Wikipédia, de nouveaux articles de qualité sont votés au rythme de 10 à 20 par mois. Il est possible d’accéder à une page qui rassemble les  portails de qualité sur Wikipedia. Mais à quel moment pourra-t-on dire que l’article est de qualité ? Pour Blondeel, « les articles de qualité sont ceux qui sont les plus complets, les mieux écrits, les plus neutres. » (Blondeel, 2006, p37). Il est primordial de voir dans quelle mesure l’expertise peut être utilisée pour améliorer un texte et de pouvoir repérer et reconnaître l’expertise d’un expert.

L’originalité de Wikipédia est de rendre lisible les champs d’expertise de différentes domaines. Le contributeur peut s’engager sur des thèmes qui lui tiennent à cœur et qui lui permettront de développer ses compétences. Chaque contributeur peut s’y retrouver. Le Projet « Maintenir et améliorer la qualité » a pour but de développer une grande offensive de nettoyage, d’amélioration de la qualité de Wikipédia, de maintenance, avec une  coordination des différentes tâches à réaliser. Des ébauches  sont  fréquentes et sont à compléter par les wikipédiens. Elles correspondent à des articles courts provisoires qui donnent une première définition succincte en attendant d’être amélioré par d’autres contributeurs. Elles ne sont pas considérées comme un article à part entière et sont recensées et disponibles sur une page dédiée. Le manque de contrôle est souvent un reproche qui est fait à l’encyclopédie. L’encyclopédie peut elle être générée sur des savoirs construits pas des amateurs ? Peut-on faire confiance à une ressource produite par un amateur ? Une personne non botaniste de formation peut-elle apporter son expertise sur les roses et les rosiers ?
Le savoir doit-il être vérifié par ceux qui savent, les experts ?

Citizendium de son côté est un projet encyclopédique faisant appel à des experts pour guider le public dans l’écriture des articles. Le système est fondé sur un wiki, et les auteurs sont enregistrés sous leur propre nom. L’expertise concerne la vérification des articles, le but étant d’obtenir une encyclopédie évoluant plus lentement mais contenant le moins d’erreurs possible. Pour obtenir la participation de la communauté en ligne d’érudits, Britannica  a le projet de fournir aux contributeurs un système de « récompenses », un système d’édition riche qui leur permettra de faire la promotion de leur travail et de leurs services, de publier leurs différents travaux en progression dans la sphère d’audience de Britannica.

Information literacy 
La capacité à donner du sens à cette quantité d’informations sur le Web composant  notre environnement à la fois personnel, culturel, social et professionnel représente un enjeu majeur pour réaliser la transition nécessaire de la société de l’information Vers les sociétés du savoir (Unesco, 2006).  Si les compétences de base telles que le « lire-écrire-compter » sont inscrites dans les programmes scolaires, il est nécessaire d’apprendre à apprendre et d’apprendre à  chercher, évaluer, et utiliser l’information. Comme le précise Vincent Liquete, dans son livre, il ne suffit plus d’acquérir à l’école des connaissances, l’élève doit apprendre à apprendre, être capable de s’approprier des méthodes personnelles de travail, de gérer son apprentissage.  La recherche d’information y a toute sa place. La notion d’« information literacy », le plus souvent traduite par « maîtrise de l’information », a toute sa place à l’Ecole. Elle a été définie par l’OCDE et par Statistiques Canada en 1995,  comme « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités » qui s’oriente vers un continuum de connaissances, de compétences et de stratégies permettant d’utiliser les technologies numériques et développer une digital litteracy. Dans ce rapport, il est précisé qu’ « avec l’ère du numérique, la compréhension des technologies ne suffit pas. Ce que tout un chacun doit aussi faire, c’est apprendre à utiliser effectivement et efficacement ces technologies diverses et puissantes pour rechercher, extraire, organiser, analyser et évaluer, puis utiliser à des fins concrètes de prise des décisions et de solution des problèmes ». 

Quelle place pour Wikipédia à l’école ? 
dreshler wikipediaLes outils du Web2.0 comme Wikipédia apportent une dimension participative au Web. Rentrer dans les « rouages » des dispositifs de création, de diffusion des informations, de partage d’informations sur le Web, n’est-elle pas une des clés  permettant aux élèves d’être critiques, face à l’information, et d’être plus efficaces en matière de recherche documentaire ? L’école, face à l’évolution d’Internet, toujours en mouvement, et pour lequel les usagers peuvent à tout moment être « auteurs » de ressources ne doit-elle pas développer des compétences informationnelles afin que les élèves, deviennent des acteurs « actifs » du Web?

Il est important de dégager les éléments structurants d’une culture informationnelle nécessaire aux individus d’aujourd’hui et d’aboutir à des préconisations utiles à l’élaboration d’un programme continu d’apprentissages documentaires tout au long de la scolarité. Wikipédia devenue une référence de choix pour beaucoup d’élèves. Afin que ces derniers maîtrisent au mieux la recherche d’informations sur Internet et qu’ils puissent être critiques face à l’information disponible, il est incontournable de leur proposer une éducation « aux médias » en intégrant ces nouvelles formes de production collaborative de contenus sur Internet dans le contexte scolaire.
Mais que doit proposer l’école pour devenir « wiki-intelligent » ?

Quelles pistes et projets pour l’Ecole ?
Intégrer Wikipédia à l’école permet de développer des compétences du B2I (Domaine 2 : adopter une attitude responsable) ainsi que des compétences du C2i spécialisé pour les enseignants pour le travail en équipe et en réseau. Le programme intergouvernemental de l’UNESCO  a mis en place des indicateurs pour une information literacy   Towards information literacy indicators. Ce rapport fournit une définition de la maîtrise de l’information, un modèle de correspondances entre la maîtrise de l’information et d’autres compétences comme la connaissance des TIC, et une description des normes éducatives en matière de maîtrise de l’information. Wikipedia y a toute sa place comme objet d’analyse et d’étude.  Le PCIE est défini par un référentiel européen qui insiste sur les bonnes pratiques et les règles de productivité. C’est un bilan des connaissances nécessaires pour une maîtrise raisonnable de son ordinateur au quotidien, issu d’évaluations des pratiques en entreprise. Wikipedia a toute sa place comme objet d’analyse et d’étude pour le module 7 axé sur la navigation sur Internet. Les expériences autour de Wikipedia à l’école sont nombreuses comme par xemple  la  Zentrale für Unterrichtsmedien im Internet (ZUM.de) d’Allemagne qui a mis en place son propre Wiki, le  « ZUM-Wiki », qui regroupe d’une façon collaborative  tous les matériaux pour la formation. L’Allemagne a développé un « Grundschulwiki »   et l’institution a intégré ces outils « wikis » dans son organisation. En France, des projets conséquents ne pourraient-ils  pas voir le jour en partenariat avec l’Education Nationale favorisant ainsi la constitution d’une base collective publique de ressources … un bien immatériel considérable au service des acteurs de l’éducation ?

Conclusion
Pour développer une culture numérique tout au long de la scolarité, il est important que l’Ecole prenne en charge ces nouvelles données du Web participatif en favorisant une approche de la coopération, des nouvelles manières de travailler ensemble en ligne. Il est important qu’on apprenne aux élèves à décrypter comment  fonctionnent les Wikis et apportent sur la façon dont les gens coopèrent, communiquent, travaillent ensemble. Les outils nouveaux du Web « participatif » modèlent un nouveau paysage de l’édition, où l’usager est au cœur. Une nouvelle didactique de l’information-documentation doit prendre en compte ce nouveau service de partage de documents et de ressources en ligne qu’est Wikipedia pour développer une culture informationnelle inscrite dans les curriculum. Certains pays comme l’Allemagne et l’Angleterre exploitent ces ressources éducatives wikipédiennes. Nous avons pu dégager quelques notions, connaissance et compétences à construire progressivement tout au long de la scolarité, en nous appuyant sur une nouvelle « grammaire de l’information-documentation » en interaction avec l’environnement du Web, toujours en mouvement. Une clé pour développer chez les élèves,  des aptitudes à décrypter les enjeux des nouvelles applications numériques dans la société de l’information et utiliser internet d’une façon raisonnée !

Communication Scientifique LUDOVIA 2008 par Michèle DRECHSLER (extraits)
CREM Université Paul Verlaine Metz
Organisme de rattachement INRP Lyon
n° section : CREM EA 3476

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top