Le wifi, frein politique contre l’école numérique?

Après l’engouement vers les classes mobiles, la question de l’accès au wifi se pose sérieusement aujourd'hui dans les collectivités avec l’arrivée des tablettes dans les établissements scolaires. Car plus encore que les classes mobiles, l’usage des tablettes sans wifi, deviendrait une complète ineptie!

haletauwifi16061141

Mais que penser des différentes études contradictoires sur les risques encourus par les enfants devant l’exposition aux ondes? Comment concilier les principes de précaution de santé publique, pour protéger les enfants de risques éventuels et permettre aux enseignants d’utiliser des outils en phase avec leurs besoins pédagogiques ?

Un débat plus politique que scientifique ?

Quelque soit la collectivité, cette question ne laisse pas indifférent, en particulier en période de campagne électorale, où chacun y va déjà de son argument en bon lobbyiste, pour défendre sa position.

D’autant que l’on peut facilement penser que le rejet des amendements à l’Assemblée, qui demandaient l’interdiction du wifi dans les écoles, dans la loi sur la refondation de l’école, durcira les débats en local : en particulier à travers des associations très actives telles que « Robin des Toits« , ou de parents d’élèves qui s’élèvent contre les usages du numérique sans fil dans les écoles.

Ce sujet rejoint celui des antennes relais qui occupe encore le terrain politique depuis plusieurs années. En effet, les élus se sentent à cet effet pris « en otage » entre l’absence de prise de position des différents ministères successifs face aux études de l’OMS et les pressions exercées en local par les différentes associations ou élus écologistes, qui on le sait, utiliseront entre autre ce type d’argument comme menace électorale.

Bien qu’aucune étude n’ait encore démontré avec recul et certitude les effets néfastes du wifi, en particulier sous exposition modérée, la réciproque reste vraie. Aussi les élus, dans leurs responsabilités de choix des équipements et des lieux d’accueil pour les enfants, s’ils n’adoptent pas de façon définitive le principe totale de précaution, ont souvent choisi d’opter, dans un premier temps pour ce principe, afin de se donner le temps de la réflexion.

C’est ainsi que l’on a pu observer, au-delà des problèmes de coût, un démarrage très lent voir parfois avorté, des expérimentations de tablettes dans les écoles.

Or, se priver totalement du wifi dans les écoles, serait aujourd’hui un non sens au moment où un élan concret est donné pour soutenir la pédagogie différenciée grâce aux usages transversaux du numérique dans la classe.

Non sens également, d’obliger certains élus par pression politique, de supprimer des antennes-relais, lorsque l’on sait suite à une étude de l’AFNOR, que « plus on éloigne une station de base des utilisateurs afin de diminuer les niveaux d’expositions aux champs induits par les antennes, plus la puissance moyenne d’émission des terminaux, (qu’ils soient ordinateur, tablette ou téléphone portable),  augmente pour conserver une bonne qualité de communication ».

Quels consensus trouver?

Quoiqu’il en soit entre le tout wifi qui, s’il inonde les enfants à l’école toute la journée, et le principe de précaution totale qui en interdit tout usage, des solutions intermédiaires existent.

Mais tout d’abord, d’expérience, les élus ont tout intérêt, comme a pu le faire la ville d’Ivry par exemple, de commanditer une étude de mesures des ondes en circulation dans les écoles concernées, avant la mise en service de tout outil mobile :

Un moyen de poser sérieusement le cadre d’un tel projet en faisant partager les résultats, donc en impliquant les acteurs concernés dans le débat.

Cette étude peut être effectuée par des experts spécialisés, tels que ceux du CRIIREM – Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements ÉlectroMagnétiques – qui mesurent l’état de l’art des ondes électromagnétiques et réalisent également des mesures lors de simulations en présence d’ordinateurs mobiles et / ou de tablettes, selon les hypothèses d’équipements de la ville.

Ces mêmes experts émettent ensuite des préconisations autour desquelles des consensus peuvent être trouvés.

En particulier, ceux de réduire la puissance des ondes et non le débit ainsi que ceux de la maîtrise de la durée d’exposition des ondes, par l’usage d’un wifi temporaire, le temps d’une séquence pédagogique.

La borne, branchée au réseau filaire, est alors munie d’un interrupteur, activable selon les besoins.

Mais qui dit réseau filaire, implique encore dans beaucoup d’esprits, de lourds investissements de câblage. Or, selon les configurations des écoles, il est également possible, de connecter la classe grâce à une technologie, moins coûteuse.

Il s’agit du CPL – Courant Porteur en Ligne – dit « professionnel », qui contrairement à la version domestique, totalement inefficace dans de grands bâtiments, s’est technologiquement développé et industrialisé.

Malgré le scepticisme encore très présent de nombreux directeurs informatiques des collectivités, cette technologie a aujourd’hui fait ses preuves dans les établissements scolaires car les professionnels savent à présent contourner le problème de bande passante, l’un des reproches que l’on faisait au CPL Professionnel.

Pour un futur proche, une autre technologie pourrait également être une alternative au wifi. Il s’agit du LiFi (Light Fidelity) dont le principe est de diffuser des données numériques par la lumière. Si cette technologie économique et écologique (bande de fréquences gratuites et illimitées débits pouvant atteindre 1 Gbits, diffusion basée sur les lampes LED) s’avère être reconnue par l’OMS, les freins politiques n’auront plus lieux d’être ou changeront de discours !

Retrouvez tous les articles de MF. Bodiguian dans la rubrique « Refondation et collectivités » ici

lu : 6699 fois

Commentaires

  1. corrector dit :

    « Cette étude peut être effectuée par des experts spécialisés, tels que ceux du CRIIREM – Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements ÉlectroMagnétiques – »

    CRIIREM = marchands de peurs

    C’est comme le CRIIGEN = phobiques des OGM
    et la CRIIRAD = phobiques des radiations

  2. [...] Numérique à l’école :  Le wifi, frein politique contre l’école numérique ? [...]