Retour du Sommet de l’iPad à Montréal par un enseignant, « artisan tâtonneur »

Le 1er mai 2013 avait lieu le premier Sommet francophone sur l’iPad en éducation. Cette année, une suite sera donnée à Montréal dans les murs du Hilton Bonaventure, le 1er et 2 Mai. Cette seconde année permettra de participer à de très nombreuses conférences, plus pertinentes les unes que les autres.

Seb_verbert_sommetipad1_290414

Le thème qui nous réunit est la réflexion sur un outil technologique de plus en plus présent dans les salles de classe : la tablette iPad.

Comment intégrer ce nouvel outil dans les établissements scolaires ? Comment concevoir des séquences de cours efficientes ? Quels sont les usages dans les classes ? Quels sont les défis rencontrés ? Quelles modifications apporte-t-il au niveau de l’enseignement et de l’apprentissage ?

Plus de 90 chercheurs, enseignants et praticiens québécois et internationaux seront présents pour faire partager leurs analyses, leurs pratiques, leurs résultats.

C’est à ce titre, d’enseignant – « Artisan tâtonneur » (un « bricoleur », tel que le définissait Jean-Paul Moiraud dans un de ses articles http://www.ludovia.com/2014/03/bricolage-bricoleurs-dans-leducation-cest-du-serieux), que je pars dans quelques heures outre-Atlantique, présenter mes résultats et mes avancées.

Pour ma part, je reste dans l’esprit du collaboratif qui m’habite depuis la mise en place d’un Environnement Numérique de Travail (ENT, mis en place en 2010, récompensé par le trophée d’innovation pédagogique en 2012 au printemps du numérique).

L’atelier présenté est nommé :

L’iPad, catalyseur d’intelligence collective : un apprentissage individuel pour un enrichissement collectif, (Atelier pratique de 30 minutes)

Dans cet atelier, nous allons découvrir comment l’iPad peut être un outil de production individuel, mais aussi un outil de collaboration et de partage. La tablette est souvent utilisée comme un outil de production individuel pour un usage propre.

Cependant, l’iPad peut développer des capacités habituellement retrouvées en travail de groupe et permettre secondairement de faire progresser l’ensemble des utilisateurs par la mutualisation des stratégies d’apprentissage, au-delà même des résultats.

La production finale n’est plus le seul objectif pour l’élève ni pour l’enseignant. Une métacognition sur l’apprentissage devient plus évidente à mettre en place pour l’enseignant et donc plus simple à utiliser par les élèves les plus jeunes comme par les plus expérimentés. Des stratégies pédagogiques doivent être mises en place au préalable pour réaliser ce type d’activité.

Grâce à l’outil, qui nous affranchit d’un certain nombre de contraintes matérielles, une nouvelle réflexion s’engage alors pour l’enseignant, qui peut proposer des activités qui ne sont limitées que par son imagination et sa pertinence pédagogique.

Voici un exemple d’activité :

Cet atelier accueillera une centaine d’enseignants ou de chercheurs. Lorsque je ne serai pas moi-même au pupitre pour présenter, je serai donc à mon tour dans la salle pour écouter et participer à d’autres conférences.

Je tenterai de vous faire vivre à distance cet événement mondial à travers les colonnes de Ludovia Magazine et sur mon compte twitter @verbert_seb

Quelques photos et prises de son permettront de s’immerger dans les lieux afin de profiter indirectement des avancées de nos collègues.

 

lu : 1473 fois

Commentaires

  1. […] Retour du Sommet de l’iPad à Montréal par un enseignant, « artisan tâtonneur&nbs… […]