E-LEARNING

Le TwittMOOC, bientôt 1 an et toujours autant d’enthousiasme !

 

« Le TwittMOOC, c’est plonger dans le grand bain, c’est apprendre à twitter en twittant ».

Stéphanie nous explique que l’idée de ce TwittMOOC, qui lui est venue, d’ailleurs, en s’inscrivant à un MOOC, le MOOC eLearn² “se former en ligne pour former en ligne”, n’est pas d’apprendre aux personnes à s’inscrire sur Twitter et à envoyer des twitts, « car ça, c’est extrêmement simple », souligne t-elle.

L’idée est plus de comprendre à quoi sert Twitter, comment générer plus de contacts etc. L’inscription au TwittMOOC donne accès à un réseau de départ, « ce qui permet de s’entraider », ajoute Stéphanie.

Le TwittMOOC, un outil de formation “sauvage“, sans pression et à son rythme

« Je suis partie de ce que j’aimais moi à titre personnel à savoir apprendre ce que j’ai envie quand j’en ai envie, sans pression et au rythme qui me convient », décrit-elle.

Au départ, tout le monde pensait que ce TwittMOOC était réservé aux enseignants, le réseau de Stéphanie étant essentiellement composé de professeurs ; mais au fil du temps, l’hétérogénéité des personnes a fait place. Aujourd’hui, on retrouve sur le TwittMOOC aussi bien des blogueuses de modes que des employés de GRDF.

Objectif du TwittMOOC : apprendre sérieusement sans se prendre au sérieux !

Le TwittMOOC se compose de défis, de conversations spontanées etc, ce qui rend la pratique très ludique, mais les apprentissages sont réels.

Le TwittMOOC, un MOOC qui se démarque des autres MOOCs : pas de durée et pas de certificat

Le TwittMOOC se démarque d’un MOOC traditionnel par plusieurs aspects :
Il n’y a pas de plateforme pour le TwittMOOC mais uniquement un blog puisque tous les échanges se passent ensuite via Twitter, « pour que l’expérience soit vraiment immersive ».

Vous ne trouverez pas de date de début et surtout pas de date de fin car le TwittMOOC est basé sur le volontariat ; « quand une personne pense qu’elle a fait le tour de la question, spontanément, elle est moins active et son expérience TwittMOOC peut alors prendre fin pour elle », explique Stéphanie.

Pas de quizz non plus en fin d’exercice pour valider ou pas des connaissances. D’ailleurs, Stéphanie tient à souligner qu’au sujet des MOOC, il est souvent question d’échecs ; un abandon étant considéré comme un échec.
« De mon côté, j’ai participé à plusieurs MOOCs grâce auxquels j’ai pourtant appris beaucoup de choses mais n’ayant pas été jusqu’à la fin, je suis considérée comme étant en situation d’échec… ».

Sur le TwittMOOC, vous relevez des défis qui vous permettent de prendre de plus en plus d’aisance. Stéphanie a également mis en place un système de badges avec plusieurs niveaux, « de la sortie de l’œuf que tout le monde peut gagner en envoyant son premier Twitt de demande d’inscription au TwittMOOC jusqu’au badge rouge “phénix“ qui n’a encore été remporté que par une seule personne ».

Les niveaux s’obtiennent par le nombre de défis relevés, « le nombre de participants qu’on a aidé et de la maîtrise qu’on acquiert du réseau social ».

Avis aux amateurs !

Crédit photo : mkhmarketing via photopin cc

 

 

 

3 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top