ACTUALITÉS EN BREF

Les usagers comme co-concepteurs d’une m-health : la question de la participation ​

Depuis le début des années 2000, les interfaces numériques sont de plus en plus nombreuses dans le domaine de la santé. En effet, avec le téléphone portable et les technologies mobiles, des applications autour de la gestion de la santé et de différentes maladies voient le jour.

Malgré cet important succès, tant auprès des concepteurs que des usagers, les recherches autour des usages de ces dispositifs mobiles, appelés m-health, sont encore au début de leurs questionnements (Al Dahdah, 2014).

S’appuyant sur une recherche-action, toujours en cours et ayant démarré en mars 2013, cette communication a pour objectif d’apporter un éclairage sur le rôle que peut jouer l’usager dans la conception d’une m-health.

En effet, dans cette recherche action, que nous appelons pour des raisons de confidentialité Projet P, l’usager est mobilisé à différents moments de la conception d’une application sur la gestion du diabète de type 2. En observant les usages effectifs de la technologie, pendant les différentes phases de tests, cette communication interroge, dans une première partie, les facteurs d’appropriation et de rejet de l’application.

En sociologie des usages, les termes pour décrire les écarts entre usages prescrits et usages effectifs ne manquent pas (Jauréguiberry, Proulx, 2010). Traduction (Akrich, 1998), bricolage (De Certeau 1980), détournement (Boullier, 1984) sont des exemples de la capacité de l’usager à négocier avec la technique proposée. En analysant cette capacité de négociation, le rôle de l’usager dans le processus de conception sera également questionné. En effet, en mobilisant l’usager pendant les différentes étapes de la construction, notre objectif est de questionner la participation.

Plus qu’un usager ou un consommateur, dans le modèle participatif, l’individu est aussi défini comme un « générateur de contenus » (Bouquillon et Matthews, 2010).

Ainsi, dans une seconde partie, cette communication se propose de présenter cette figure de l’individu afin de comprendre les mécanismes d’implication de l’usager dans la définition de la technologie proposée.

L’analyse de cette figure a pour objectif de mettre en avant les possibilités pour l’usager de devenir co-concepteur de l’application.

Enfin, dans une troisième partie, il sera question des freins qui se dressent devant l’usager, « générateur de contenus ».

Nous verrons que les ingénieurs et leurs représentations en font partie. En effet, dans le cadre du projet P, nous avons pu constater que l’éthique et les valeurs des ingénieurs (Vatin, 2008 ; Vinck 1999), la manière dont ils pensent les publics de l’objet qu’ils vont créer (Proulx, 2005) sont parfois en opposition avec la participation des usagers dans le processus de conception d’une m-health.

Note de positionnement scientifique

Section scientifique de rattachement : Sciences de l’information et de la communication (CNU 71ème).

Méthode et terrain :

S’inspirant des méthodes ethnographiques, cette communication s’appuie sur un double corpus. Tout d’abord, il y a les entretiens et les observations menés avec des individus âgés entre 50 et 75 ans, atteints de diabète de type 2 et vivant à La Réunion. Privilégiant une démarche qualitative, 25 individus ont été rencontrés aux différents moments de la conception de l’application, soit pendant les trois années de la recherche. Ces individus ont été observés et questionnés chez eux. Nous sommes actuellement dans la deuxième année de ce projet.

Le deuxième corpus repose sur l’observation des ingénieurs du projet pendant les différentes réunions de travail et les ateliers de conception. Au total, environ 20h de réunions ont été analysées à ce jour.

Références :

  • ALAVA S., MOKTAR N. (2012), « Les seniors dans le cyberespace : entre appropriation et rejet », Recherche et Educations, n°6, p. 179-196 [en ligne], http://rechercheseducations.revues.org/1096?file=1, page consultée le 15 novembre 2013.
  • BOUDOKHANE L. F. (2011), « Étude sur les non-usagers d’Internet : analyse de la perception des TIC et du rapport aux médias », Les Enjeux de l’information et de la communication, Volume 2011, p. 2-18.
  • BRUGIÈRE A. (2011), « Des technologies qui infantilisent et isolent ou des technologies créatrices de lien ? », Gérontologie et société, n° 138, p. 181-193.
  • CARADEC V. (2001b), « “Personnes âgées” et “objets technologiques” : une perspective en termes de logiques d’usage », Revue française de sociologie, 42-1. p. 117-148.
  • CARADEC V. (2009), « L’expérience sociale du vieillissement », Idées économiques et sociales, n° 157, p. 38-45.
  • LE DOUARIN L., CARADEC V. (2009), « Les grands-parents, leurs petits-enfants et les « nouvelles » technologies… de communication », Dialogue, n° 186, p. 25-35.
  • PERRIAULT J. (1989), La logique de l’usage, Essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion.
  • ROUSSIAU N., BONARDI C. (2001), Les représentations sociales. Etats des lieux et perspectives, Mardaga, Belgique.

Bibliographie :

  • AKRICH Madeleine, 1998, « les utilisateurs acteurs de l’innovation », Éducation permanente, n°134, p.79-89.
  • Al Dahdah Marine, 2014, « mHealth : l’information de santé ubique ? », Le Temps des médias, n° 23, p. 52-65.
  • BOULLIER Dominique, 1984, « Usages du Vidéotex et utopie techniciste », Réseaux, n°6. pp. 21-36.
  • BOUQUILLION Phillipe, MATTHEWS Jacob T. 2010, Le Web collaboratif. Mutations des industries de la culture et de la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
  • DE CERTEAU Michel, 1980, (réed. 1990), L’invention du quotidien. T. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.
  • JAUREGUIBERRY Francis, PROULX Serge, 2011, Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Erès.
  • PROULX Serge, 2005, « Penser la conception et l’usage des objets communicationnels », in Johanne Saint-Charles et Pierre Mongeau (éds.), Communication. Horizon de recherches et de pratiques, Presses de l’Université du Québec, Québec, p. 297-318.
  • VATIN François, 2008, « L’esprit d’ingénieur : pensée calculatoire et éthique économique », Revue française de Socio- Économie, n°1, p.131-152
  • VINCK Dominique (sd), (1999), Ingénieurs au quotidien. Ethnographie de l’activité de conception et d’innovation, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble.

Plus d’infos sur la programme du colloque scientifique sur www.ludovia.org/2015/colloque-scientifique

A propos de l’auteur Flavie Plante

lu : 4081 fois

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Colloque scientifique Session 4 : Appropriations et détournements dans les usages numériques » LUDOVIA #12

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de verification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Most Popular

To Top