POINT DE VUE

Moins d’élèves par classe : un atout pour la réussite ?

Limiter le nombre d’élèves par classe figure parmi les mesures phares destinées à améliorer le niveau, surtout dans les établissements du réseau d’éducation prioritaire. Toutefois, elle est loin de faire l’unanimité.

En se basant sur la situation vécue par d’autres pays, certains spécialistes avancent que la réussite n’est pas corrélée au nombre d’élèves. Elle est plutôt le résultat d’une démarche pédagogique orientée vers la participation et non sur une logique de transmission de connaissance.

Limiter le nombre d’élèves améliore la réussite

Durant la campagne électorale, plusieurs candidats ont avancé la nécessité de réduire le nombre d’élèves par classe, surtout au niveau des classes primaires. Les parents sont également convaincus que limiter le nombre d’élèves à 25 au maximum permettrait à leurs enfants de mieux étudier et de devenir plus performants. Le président Macron a ainsi concrétisé une de ses promesses : environ 2.500 classes de CP en REP+ ont été dédoublées pour cette rentrée. Afin que l’efficacité soit optimale, l’État continuerait à dédoubler les classes de CP et CE1 en REP et REP+ jusqu’en 2019.

Plus on est nombreux, plus on a moins tendance à prêter attention à l’enseignant. Par conséquent, lorsqu’il y a moins d’élèves par classe, ces derniers feront moins de bruit et seront plus attentifs. Un nombre limité faciliterait aussi le travail de l’enseignant qui pourrait mieux suivre l’évolution de chaque individu et de renforcer l’accompagnement de ceux qui éprouvent des difficultés. Un nombre moins élevé optimiserait aussi les travaux de groupe puisque l’enseignant peut créer des groupes adaptés.

Régulièrement saluée pour ses performances, la Finlande illustre l’intérêt de cette mesure. Les écoles primaires de ce pays comptent 19 élèves par classe en moyenne.

Réduire le nombre d’élèves par classe, une réussite limitée

Cette mesure n’est pas complètement nouvelle. Pendant deux ans, de 2002 à 2004, l’équipe de l’ancien ministre Luc Ferry a procédé à un test grandeur nature sur environ 100 classes de CP. Le nombre des élèves fut limité à 12 maximum. Les études d’évaluation ont souligné que oui, les élèves viennent à l’école avec le sourire et ils sont nettement plus motivés par rapport à une classe ‘normale’. Toutefois, si les performances se sont améliorées, le bénéfice n’est pas tangible sur le long terme. Ainsi, les élèves de ces classes présentent des performances similaires aux autres classes quand ils arrivent en CE1. Les auteurs de l’étude en ont donc conclu que réduire le nombre d’élèves par classe présente un intérêt limité.

Au Japon, le nombre moyen d’élèves dans une classe atteint facilement la trentaine. Pourtant le classement PISA démontre que les élèves nippons sont plus performants que leurs homologues français. Comment atteignent-ils un tel résultat ? Là-bas, l’approche par pair est une véritable institution, les élèves les plus forts expliquent les leçons à ceux qui ont du mal à suivre et effectuent aussi des encadrements durant les travaux pratiques. En plus de rehausser le niveau global, cette approche améliore aussi la compétence pédagogique des élèves qui apprennent à bien transmettre leurs connaissances.

Le Tableau blanc interactif, une solution efficace

D’après certains experts en pédagogie, le cours magistral est inefficace. Pour améliorer la qualité de l’enseignement, il est temps d’explorer autre chose et ne plus se contenter du schéma où l’élève répond aux questions formulées par l’enseignant. Les enseignants doivent aussi réaliser des efforts pour concrétiser enfin la différenciation pédagogique, une obligation officielle depuis 1989. En gros, le concept consiste à adapter le contenu et les exercices en fonction du niveau des élèves.

Pourtant, une étude comparative menée auprès de l’OCDE souligne que la France est à la traîne par rapport aux autres pays. Selon cette étude, moins d’un enseignant sur quatre pratiquait cette approche en 2013. L’objectif consiste donc à mieux impliquer les élèves durant les cours et sur ce point, le tableau blanc interactif (TBI) constitue une solution éprouvée.

Le TBI à l’instar de l’ActivBoard de promethean le plus plébiscité par les enseignants, offre plusieurs possibilités et ressources. Dans une classe composée de plusieurs élèves, il facilite la compréhension des cours en permettant au professeur d’effectuer une démonstration concrète sur le tableau avec des supports multimédias variés intégrés dans ce dernier. Il permet également d’évaluer les élèves grâce à des boitiers de vote par exemple afin d’identifier ceux ayant des difficultés d’assimilation.
Le professeur dispose d’une grande plateforme de ressources pédagogiques interactives riches et adaptées à tous les niveaux lui permettant de vulgariser au mieux les leçons même aux élèves en difficulté.

Quand la classe comporte moins d’élève, le TBI améliore encore l’efficacité des travaux de groupe. Le professeur peut ainsi organiser les élèves en groupes de personnes pour faire des sessions de brainstorming sur le tableau interactif, les inciter à exprimer leurs idées et travailler ensemble pour les enrichir. Les interactions sont instructives et les élèves se sentent impliqués dans la construction de leurs leçons.

Malheureusement, malgré le plan numérique du gouvernement, le taux d’équipement en tableau interactif en France reste très faible de l’ordre de 30% par rapport au Royaume-Uni et la Turquie qui sont équipés respectivement à 104% et 96%.

Plus d’informations concernant le tbi Promethean sur prointeractive.fr

 

 

CONTENU SPONSORISÉ

 

 

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus populaires

To Top